Les aliments allergisants

Le 30/07/2013 à 19:46

Chocolat interdit 468x60
Avec le nombre grandissant de personnes allergiques, la législation impose d’indiquer sur les étiquettes des produits que nous consommons, la (ou l’éventuelle) présence de produits allergisants. Comment les reconnaître ? En décryptant les étiquettes.

Même si la liste des allergènes est longue et complexe, elle n’en est pas moins indispensable et même vitale pour certaines personnes. Aussi n’hésitez pas à regarder en détail les étiquettes des aliments que vous mettez dans votre caddie®. La réglementation étant assez stricte, le nom des allergènes doit apparaître clairement sur l’étiquette.

En pratique, 14 groupes d’aliments doivent être mis en évidence :
céréales contenant du gluten et produits à base de céréales
oeufs et produits à base d’oeufs
arachides et produits à base d’arachide
soja et produits à base de soja
fruits à coques et produits à base de fruits à coques
lait et produits à base de lait
crustacés et produits à base de crustacés
mollusques et produits à base de mollusques
poissons et produits à base de poissons
céleri et produits à base de céleri
moutarde et produits à base de moutarde
graines de sésame et produits à base de graines de sésame
lupin et produits à base de lupin
sulfites

Malheureusement, de nouvelles substances allergisantes ne touchant qu’une partie de la population, ne sont pas encore soumises à l’obligation d’apparaître sur les étiquettes. C’est le cas des ingrédients tels les condiments, les épices, les fruits exotiques (kiwi, litchi etc.), les graines de tournesol ou encore le psyllium (plante riche en fibres).
De même, d’autres substances, proches des ingrédients allergènes « officiels » sont encore dispensées de l’obligation d’être déclarées. Méfiez-vous donc des sirops de glucose à base de blé (et donc de gluten), des huiles et graisses de soja raffinées, des gélatines de poisson utilisées dans la fabrication de certains médicaments, du lactosérum entrant dans la fabrication de certaines boissons alcoolisées* etc.

De plus, méfiez-vous des allergies croisées. En effet, lorsque l’on est allergique à un aliment, on l’est également souvent à d’autres aliments ou substances dont la structure chimique est proche. En effet, si vous êtes allergique au lait de vache, vous pouvez aussi très bien l’être aux laits d’ânesse, de brebis ou de chèvre. Vous pouvez même devenir allergiques aux protéines de soja.

En bref, lorsque vous faites vos courses et que vous n’êtes pas sûrs que tous les ingrédients soient inscrits sur l’étiquette, privilégiez les aliments naturels à cuisiner vous-même. Et dans tous les cas, prenez conseils auprès de votre allergologue et reportez-vous au site de l’Anses. Ainsi vous aurez régulièrement les dernières nouvelles concernant les produits étant considérés comme allergènes.


* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Auteur : L'équipe Recettes Diététiques